AUGUSTE HERBIN

La vallée de la peinture

Voici la vallée de la Seine,
Celle qui fit fort impression
Dans le milieu de la peinture,

Se projetant sur l’avant-scène
Dans l’art de peindre la Nature
Par de nouvelles perceptions.

Seine, Oise, Marne, Paris,
Giverny et Côtes Normandes,
Printemps, été, automne, hiver,

Sous le soleil ou sous la pluie,
Le paysage en redemande :
Jamais il ne fut aussi vert,

Bleu, jaune et rouge en même temps.

Mais voilà qu’on l’oublie déjà,
On le remplace par des cubes,

Des ronds, des triangles, des tubes,
Des formes qui n’ont plus de sens,
Où la lumière n’est plus là.

Il est temps d’aller se coucher,
Retrouver notre lit doré,
Y couler pour l’éternité.


Neige à Haute-Isle

Auguste Herbin - Neige à Haute-Isle (1906)

La côte à Haute-Isle

Auguste Herbin - La côte à Haute-Isle (1906)