WILLIAM HOLMAN HUNT

Nos côtes anglaises, moutons égarés

On dirait que nous sommes arrivés au bout
De ce pré, nous n’irons pas plus loin. Demandons
A ce peintre qui semble aussi rêveur que nous
S’il pourrait dessiner une route à moutons

Pour que nous puissions tous repartir vers la grange.
Il semble avoir l’esprit ouvert pour la peinture ;
Dans son tableau déjà bien plus vrai que nature,
Rajouter un chemin serait-il si étrange ?

Mais d’abord admirons sa palette et son art,
Avez-vous déjà vu telle fraternité
Entre des êtres blancs et noirs tous mélangés

Sans que cela ne soit le pur fruit du hasard ?
Restons encore un peu, passons la nuit ici,
A côté de ce peintre en sainte compagnie.


Nos côtes anglaises, moutons égarés

William Holman Hunt - Nos côtes anglaises, moutons égarés (1852)