PAOLO VERONESE

Les Noces de Cana

On avait invité le gratin de la ville,
Notables et Clergé, artistes et marchands ;
Le vin coulait à flots, les convives contents
Entamaient déjà leurs conversations débiles

Et les ventres repus nous embaumaient la salle.
Comme il est de bon ton dans ces évènements,
De piètres musiciens oubliant leur talent
Abreuvaient l’assemblée de musique à deux balles.

En quelque sorte on s’ennuyait copieusement.
Mais fort heureusement, le vin vint à manquer,
Ramenant la décence dans cette journée.

Puis arriva ce mage, cet itinérant,
Qui nous pria de dégager du paysage
Et changea l’eau en vin, ruinant notre mariage.


Les Noces de Cana

Paolo Veronese - Les Noces de Cana (1563)